*Kuf kuf kuf* Et ben, toute cette poussière ici ! *passe un coup de balai*

Bon je sais, j'ai laissé ce blog un peu à l'abandon depuis quelques temps. Le fait est que je n'avais plus vraiment la motivation de la tenir à jour. Et plus vraiment grand chose à y raconter dessus. Et puis bon, je me suis dis que j'allais y repasser par ici pour poser quelques pensées.

En fait, demain, mon chéri a un enterrement. Un grand-oncle est décédé dans la semaine. Inutile de s'étaler sur le sujet, pas besoin de vous ennuyer avec les détails.

Mais du coup, ça m'a fait réfléchir un peu. Sur la mort principalement, ma vision de la chose et tout ce qu'il y a autour.

Tout d'abord, personnellement, je n'ai prit conscience véritablement de la mort qu'assez tardivement. Au lycée il me semble ou juste après. Vous allez peut-etre trouver ça drole mais c'est en jouant à Final Fantasy 9 que j'ai eu le déclic. Et oui. ˆˆ" Ceux qui n'y ont jamais joué ne comprendront pas vraiment. Mais ce jeu a un univers et une histoire plutot dark il faut dire. Et on y fait beaucoup référence à la mort. Les propos qu'il y a dedans m'ont beaucoup touché. A tel point que quand j'ai enfin prit conscience de l'inévitable, j'en ai pleuré. Je n'ai pas pu en dormir pendant plusieurs jours. J'avais peur de m'endormir sans pouvoir me réveiller. Et quelques fois, pendant mes périodes d'angoisses du à ma maladie (dépression chronique pour ceux qui n'auraient pas suivis), j'ai à nouveau cette sensation de peur extreme qui m'empeche de dormir ou me réveille en pleine nuit sans pouvoir replonger dans le sommeil.

Aujourd'hui cela dit, je relativise pas mal. Perdre mon grand-père, la seule personne qui se souciait vraiment de ce que j'aimais et de ce que j'étais, a été horrible pour moi. Et c'est pour ça que j'ai commencé à réfléchir et à ne plus me laisser dominer par la peur. D'autant plus qu'avec ma maladie j'ai eu (et ai encore) pas mal de phases "down" dans mon moral. C'est classique dans la dépression chronique. Et bon ben, dans ces phases là, à un moment, s'accompagne une envie de se foutre en l'air. Pas forcément l'acte mais on y pense, beaucoup.

Bien sur, on finit tous par le savoir, on meurt tous un jour. Après ben, le savoir et en avoir pleinement conscience c'est autre chose.

Au final, je vois plus aujourd'hui la mort comme une délivrance de sa vie humaine et forcée. Si on y songe, personne ne décide de naitre. La vie est forcée dès le début, on est obligée de faire avec une fois qu'on est là. Et la seule "liberté" (je mets entre paranthèses parce que quelques fois on ne l'a meme plus) c'est de pouvoir mourir. On se délivre de cette enveloppe charnelle qui nous maintiens prisonnier, de ce corps sensible à toutes les conneries qui passent, toutes les aloperies de maladies et de maux inventés spécialement pour l'humain, et souvent par l'humain lui-meme.

L'esprit, l'ame, tout ce que vous voulez, est donc libre de partir quelque part où il sera vraiment... libre, je vois pas d'autres mots en fait. Libre de faire ce dont il a envie.

Certains pensent que la mort c'est la fin, qu'il n'y a rien après. Et bien pourquoi pas. La fin des souffrances endurées en tant qu'etre de chair sur ce monde dans ce cas-là.

Je ne pense pas que ce soit la fin pour ma part. Meme si je ne sais pas si la réincarnation existe ou pas. Personne ne le sait, soyons lucides. Et quand bien meme, on ne se rappelle pas de ses vies passées, ou très rarement. Certains de mes amis me disent qu'ils se souviennent de quelques unes de leurs vies antérieures. Mais ils me disent aussi que c'est un lourd fardeau et que je devrai m'estimer heureuse de ne pas m'en souvenir. Au final si on y pense, c'est vrai. On se rappellerai des gens qu'on a laissé, qu'on a aimé et qui nous ont aimé, des gens qu'on ne reverra jamais plus. Mais aussi des souffrances qu'on a eu, des gens qui nous ont détesté, que l'on a perdu. Cela doit etre horrible.

Enfin bref. Pour le moment, je n'y pense pas trop, à ma propre mort. Des fois je me demande à qui je léguerai telle chose, ce qu'il faudrait faire si il m'arrivait quelque chose, tous les sites sur lesquels on devrait me désinscrire lol. Je me dis aussi que j'aimerai etre cramée et que tout le monde portent des chemises à fleurs et fassent la fete. J'ai jamais aimé les enterrements, les deuils, le noir (en cette occasion je parle). Au contraire ! Il faut célébrer la vie ! Elle est trop courte pour qu'on s'appitoie sur une pauvre cruche qui est morte. Je veux que tout le monde boive des coctails en repensant aux bons moments qu'on a passé ensemble ! =)

Et ça, ça me rendra vraiment heureuse. Où que je sois.